Maladie des yeux - Permanences Médicales

Aller au contenu

Menu principal :

Maladie des yeux

Les Spécialistes

Quartier Cornavin  Rendez-vous avec Mme la Dr Chantale N’gondi au tél : 022 595 11 11  Email: spécialiste@medecin.ch

Maladies de l’oeil
Les troubles des yeux peuvent être classés en fonction de la partie de l’œil dans laquelle ils surviennent.
Atteintes de la cornée
En général des inflammations(kératites), souvent infectieuses, ou des séquelles de blessures ou brûlure.
Atteinte de l'humeur aqueuse
L'humeur aqueuse peut s'accumuler et à provoquer un glaucome entraînant une perte de vision par augmentation de la pression intraoculaire.
Anomalies du cristallin
Responsables de nombreux défauts de la vue. Dans la cataracte, le cristallin s'opacifie progressivement, devient moins souple et perd son pouvoir d'accommodation c'est la presbytie, les objets proches ne sont plus nets.
Défauts de vision
Dans la myopie, l'image se forme en avant de la rétine. Le patient voit alors mal de loin.
L’œil hypermétrope au contraire est un oeil dans lequel l’image vient se former en arrière du plan rétinien.
L'astigmatisme est la conséquence optique d'un défaut de rondeur de l’œil. La vision de près ou de loin est perturbée. Des verres correcteurs peuvent pallier ces défauts optiques.
Atteintes de l’uvée
L'uvée peut être atteinte par une inflammation uvéite), éventuellement limitée à sa portion antérieure (iritis, ou iridocyclite) ou postérieure (choroïdite). , une infection bactérienne, ou virale.
Atteintes de la rétine (rétinopathies)
Une obstruction de ses vaisseaux sanguins (artères ou veines) peut provoquer une cécité brusque. Une déchirure, un décollement de rétine, peut survenir chez les myopes. Une dégénérescence maculaire, provoque des pertes de vision chez les personnes âgées. Les anomalies dues au diabète (rétinopathie diabétique) et à l’hypertension artérielle sont fréquentes. Certaines maladies de 1'hémoglobine, comme 1'hétérozygotie composite Hb S/ Hb C, peuvent être responsables d'une rétinopathie.
Atteintes du nerf optique (neuropathies)
Les maladies du nerf optique (neuropathies) sont des inflammations au niveau de l’œil (papillites), ou en arrière (névrites optiques rétro bulbaires), (sclérose en plaques, alcoolisme chronique, par exemple).
Atteintes des paupières
Petit furoncle d'un cil, chalazion, infection d'une glande de Meibomius, ptôsis, déformations des paupières congénital ou paralytique, l'entropion, l'ectropion, retournement du bord de la paupière. Etc...
Les olobomes, fissures ou entailles au niveau des structures oculaires sont des malformations congénitales
Strabisme, défaut de parallélisme entre les deux yeux. Et

Mouvement des yeux
Des mouvements volontaires ou réflexes, sont possibles sous la commande du cerveau. Lorsqu'un objet attire l'attention en périphérie du champ visuel, l’œil se déplace par un rapide mouvement, de telle façon que l’image se retrouve au centre de la rétine. Les contractions des muscles oculomoteurs sont extrêmement précises; on estime que l’œil peut se déplacer pour se fixer sur au moins cent mille points différents du champ visuel.
Pour maintenir une image sur les deux yeux en même temps, il se produit soit des mouvements conjugués, soit des mouvements de convergence. Le mouvement conjugué permet aux deux yeux de se déplacer dans la même direction pour suivre un objet en mouvement. La convergence permet, en louchant, de fixer un objet proche. Par ailleurs, ce sont les centres nerveux (et non pas les yeux) qui assurent la fonction de vision binoculaire. Le cerveau fusionne les images provenant de chacun des deux yeux et peut tenir compte d'une très légère différence entre les images, la transformer en sensation de relief ou en de profondeur.
Structure du globe oculaire
Chacun des deux yeux est abrité dans une orbite, cavité creusée dans le squelette de la face. L’œil est sphérique d'environ 2,5 cm de diamètre.
Sa paroi est composée de trois couches de tissus:
La couche périphérique, enveloppe protectrice appelée scléro-cornéenne. Dans sa partie postérieure, sclérotique , dans sa partie antérieure, la cornée.
La couche moyenne, l’uvée, est aussi divisée en plusieurs éléments, la choroïde en arrière et l’iris en avant, c'est un petit disque pigmenté, contenant du tissu musculaire et percé en son centre d'un orifice de diamètre variable, la pupille, et place verticalement en arrière de la cornée.
La couche la plus profonde est la rétine sensible à la lumière et composée en grande partie de cellules nerveuses.
Au fond de l’œil, une petite tache est entièrement composée de cônes, la macula. Sur son pourtour, on trouve à la fois des cônes et des bâtonnets, sur la bordure externe, on ne trouve plus que des bâtonnets. II existe un autre petit disque sur la rétine, situé légèrement en dedans de la macula (du coté du nez), correspondant à la naissance du nerf optique.
Réfraction et accommodation
 Les rayons lumineux traversent les milieux transparents de l’œil, la cornée, l’humeur aqueuse, le cristallin et l’humeur vitrée. La cornée et le cristallin leur font subir un changement de direction qui les fait converger et former une image sur la rétine. Pour la vision de loin (au-delà de 5 m environ), l’image tombe exactement sur la rétine. Quand l’objet se rapproche, si l’oeil gardait ses caractéristiques optiques, l’image reculerait et deviendrait de pus en plus floue. Mais le cristallin s'arrondit progressivement sous 1'action du muscle ciliaire, ce qui augmente la convergente des rayons et maintient l’image sur la rétine. C’est l’accommodation. II existe une distance limite environ 6 cm chez le jeune enfant, une quinzaine de cm à trente ans, 40 cm à cinquante ans. Après, la longueur des bras doit changer.
Fonctionnement de la rétine
 Les cellules de la rétine contiennent le pourpre rétinien dérivé de la vitamine A. Avec la lumière, ils subissent une transformation chimique correspondant à leur excitation, puis reviennent à leur état de repos. Les cellules sensorielles traduisent cette réaction chimique interne en une activité électrique transportée jusqu'aux zones du cerveau impliquées dans la vision.
Vision périphérique et centrale
 La zone d'acuité visuelle la plus importante se situe en son centre, juste au niveau de la macula. Dans cette zone, chaque cône est connecté á une fibre nerveuse. La définition de 1'image étant très fine, il est possible de distinguer des détails très fins. En périphérie de la rétine, les bâtonnets sont connectés aux libres nerveuses par groupes. Le message visuel étant plus grossier, la vision périphérique est plus floue. Les cônes sont moins sensibles à la lumière, mais distinguent les différentes longueurs d'onde (les couleurs). Les bâtonnets sont plus sensibles à la lumière, mais ne donnant au cerveau que des informations en noir et blanc. En résume, on distingue dans l’œil une zone périphérique (celle des bâtonnets) qui reste active en cas de faible éclairage, et une zone centrale (celle des cônes) donnant une vision précise et éventuellement colorée, mais ne fonctionnant qu'avec une bonne luminosité.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu